[TEST] – Descente au Royaume des insectes avec Hollow Knight

Hk_header

Plateforme – Nintendo Switch – PS4 – PC – Xbox One
Prix : 14,99 €

 

Hollow Knight est un jeu indépendant réalisé par la petite Team Cherry, trois australiens qui nous développent un jeu incroyablement complet, riche, et qui nous apportera des dizaines d’heures de jeu sans aucuns problèmes. Hollow Knight est un jeu de type Metroidvania, n’ayant jamais fait un seul jeu de ce type, j’avais d’abord peur de ne pas accrocher à ce type de gameplay. Fort heureusement, Hollow Knight est un jeu qui vous introduira au style de manière claire et assez simple : si vous ne pouvez pas avancer, revenez plus tard quand vous aurez acquis une nouvelle capacité !

 

Gameplay – En avant vaillant petit scarabée

 

Parlons du jeu en lui même, mais avant, une petite parenthèse rapide sur le “tutoriel” de Hollow Knight. Il est tout simplement brillant tellement il n’est pas expliqué mais explique tout à la fois. Le jeu vous lâche directement dans un environnement, ne vous explique pas que ce mur est cassable, ne vous explique pas que les dégâts de chutes n’existent pas, mais vous le montre et vous l’apprends de façon incroyablement intelligente. Si d’habitude les tutoriaux sont longs, ennuyeux, et répétitifs à vous prendre pour des débutants qui ne savent pas qu’appuyer sur A permet de faire une action, ici on vous épargne tout cela, mais on vous l’explique quand même. C’est ingénieux, c’est appréciable, c’est vachement chouette.

 

Parenthèse fermée, parlons en détail de votre chevalier. Avec son petit aiguillon en guise d’épée, il va falloir renforcer ses capacités et ses statistiques pour arriver au bout du jeu. Metroidvania oblige, on collectera au fil de l’aventure des capacités obligatoires pour progresser, mais plusieurs d’entres elles ainsi que des améliorations de celles de bases sont présentes et non obligatoires. C’est à dire qu’on peut les rater, eh oui billy belle déduction ! Tout comme les fragments à la Zelda qui vous permettent d’augmenter votre santé, ou votre réceptacle d’âme. Réceptacle d’âme vous dites ? C’est un peu votre jauge de “magie”. Elle vous permettra de lancer des “sorts” et surtout, de vous soigner, elle est extrêmement utile et précieuse, la négliger serait un bien mauvais conseil pour l’aventure. Les mouvements et attaques de votre petit chevalier sont fluides, rapides, nerveux. Et peuvent encore être améliorés par la suite. Metroidvania veut dire exploration et carte qui se dévoile au fur et à mesure. La carte est tout simplement immense. Heureusement la première boutique du jeu vous vendra des sortes de pin’s et épingles différents pour marquer les endroits qui attirent votre attention ou que vous voulez visiter plus tard. La boussole vous sera d’une aide folle dans cette immensité. Car votre carte ne sera mise à jour que lorsque vous vous reposez sur des bancs. Disséminés un peu partout sur la carte, ils font offices de “point de repos” où vous pouvez regagner votre énergie, mettre à jour votre carte, changer vos charmes (j’en parle juste en dessous !) et … Faire réapparaitre les ennemis ! Eh oui, ce système à la Dark Souls et ses feux de camps vous ferons parfois réfléchir à deux fois avant de poser votre séant sur ces bancs de métal. La sauvegarde est automatique et constante, pas moyen de tricher ! Si vous mourrez, vous reviendrez au dernier banc sur lequel vous vous êtes assis. Et ça sera le moment de partir à la chasse de votre propre fantôme !

 

La mort dans Hollow Knight peut paraître assez punitive au début, mais au final elle n’est pas si terrible que ça. Lorsque vous mourrez, vous revenez au dernier banc où vous vous êtes reposé, et vous verrez que vous aurez perdu deux trois petits choses… Dans ces cas là, sur votre carte vous verrez une icone de vous même mais en noir. C’est votre ombre, qu’il faudra chercher à l’endroit de votre mort si vous voulez récupérer vos pleines capacités ! Mais attention à ne pas mourir en chemin sans avoir récupérer vos biens …

 

L’aventure vous attend !

 

Variation de Gameplay – Montre nous tes charmes

 

La grande particularité du gameplay de Hollow Knight se situe surtout dans le système de “charmes”. Se sont un peu comme des petites amulettes que vous allez devoir vous équiper, les plus puissantes coûtants plus de points que d’autres, vous ne pourrez évidemment pas tout vous équiper. C’est là que toute la subtilité de la variété de gameplay de situe. Il y en a pour tous les goûts, des charmes pour la magie, pour l’aiguillon, pour votre force, votre vitesse, votre défense … Et certains se combinent entre eux, révélant une toute autre dimension de ces charmes ! Si vous préférez vous battre avec votre aiguillon, vous prioriserez les charmes de force et de vitesse, si vous préférez les sorts, les charmes qui remplissent votre jauge sous certaines conditions ou qui l’économise … Vous allez mettre la priorité sur chercher des fragments pour votre réceptacle d’âme ou bien des matériaux pour améliorer votre épée. Vous êtes du style bourrin ? Au contraire, défensif avec des attaques à distance ? Il y a des charmes faits pour vous. Hollow Knight ne vous obligera pas à privilégier l’aiguillon ou la magie. Vous faites comme vous le voulez, et ça c’est quand même beau la liberté non ?

 

Scénario – Le mal qui ronge Hallownest

 

Si au début on ne sait pas trop pourquoi notre petit chevalier brandit son aiguillon et massacre pleins de petites bêbetes, eh bien sachez que si vous ne parlez pas aux PNJ, que vous ne lisez pas les stèles, ou votre bestiaire, vous n’en saurez toujours pas plus à la fin du jeu ! Encore une comparaison que je fais à Dark Souls : le scénario est superbe, original, profond, touchant, triste, mais on manque cruellement d’informations. Le grand problème est le même que Dark Souls : si vous voulez tout comprendre et tout savoir, il faudra vous rendre sur les wikipédias et autres pour avoir toutes les infos. Certains aiment bien cela mais moi j’aime quand un jeu m’explique son lore et que je n’ai pas à “sortir” du jeu pour le comprendre. Hollow Knight et Dark Souls sont les mêmes sur ce point, le lore est incroyablement riche et bien écrit, mais en jeu, on en manque une grande partie si on ne fait pas assez attention. N’en reste pas moins que l’écriture est fantastique, l’avancement dans le scénario est tiraillant, la fin est touchante et ne laisse pas de marbre. Chaque PNJ évolue avec le temps, parfois bien, parfois pas, on se laisse toucher par un papy insecte n’aspirant qu’au calme et à la sérénité, on se laisse enjailler par une guerrière solitaire, on est tiraillé par une demande que nous fait un marchand … Tandis que certains personnages vous laisserons des frissons d’horreurs dans le dos, d’autres vous laisseront avec un tas de question tant le personnage semble complexe.

Plus le temps passe, plus votre quête semble urgente et pressante d’être terminée. Un sentiment oppresseur qui se fait ressentir dans certaines zones, tandis que d’autres ne sont plus que les ombres d’elles mêmes, et vous font comprendre que le passé n’était pas rose. Lorsque toutes les pièces du puzzle d’énigme qu’est le scénario et le lore seront assemblées, nul doute que votre point de vue sur votre périple changera ! Et une fois terminé, encore une fois, n’hésitez pas à consulter un wiki qui vous en apprendra encore plus.

 

hk-screenshot
Un peu de repos …

 

Quêtes secondaires – Utiles si ce n’est nécessaires

 

Le jeu comporte beaucoup de quêtes secondaires qui sont importantes, aussi bien au niveau du lore, qu’au niveau de votre collection de charmes, et donc, de vos capacités. Les quêtes ne seront jamais inscrites dans un journal ou autres, il faudra marquer le PNJ avec une épingle, ou retomber dessus par hasard. Il faudra retenir les quêtes et accomplissement/demandes indirectes pour débloquer des passages, des charmes, ou autres matériaux. Il y a de nombreuses quêtes et boss non obligatoires, tout comme des zones à visiter qui ne sont que du bonus. Mais vous perdrez de précieuses informations de lore, d’histoire, et éventuellement des capacités ou charmes. Les quêtes sont très différentes, il n’y a pas de quêtes type “fedex” (type : ramène moi trois poils de marcassin à fourrure jaune) et ça sera plutôt des quêtes d’explorations, vous trouverez par exemple une clé. Sans trop savoir à quoi ni où elle doit servir.

 

Graphismes – La beauté et variété sous terre

 

Direction Artistique, en un mot : magnifique. Tout se base sur le monde des insectes, les ennemis, les PNJ, vous même évidemment, et aussi le monde d’Hallownest. Si tout se passe sous terre, il n’est cependant pas question que toutes les zones soient les mêmes ! Chacun a une atmosphère bien différente, unique, certaines vous feront même oubliées que tout se passe dans le sol, tandis que d’autres au contraire, profiteront de cet élément pour accentuer cette sensation d’étouffement dans une ambiance des plus inquiétante. La DA est réussie sur tous les points, les zones sont belles, les décors sont d’un détail surprenant et certains comme la Cité des Larmes, vous laisseront admirez en détails tous les ornements et petits éléments qui rendent la chose simplement magnifique. Certaines zones se permettent des éléments au premier plan, renforçant leurs ambiances sans jamais gêner la vue. Les ennemis et boss sont également tous bien intégrés dans l’environnement dans lequel ils évoluent. Des petites êtres semblables à des buissons dans la zone couverte de mousse, des sortent de vers gluants dans un semblant d’égout, des gardes dans une belle cité … Chacun est à sa place sans jamais dénoter son environnement, et en proposant un large éventail de variété d’ennemis. Si les ennemis, boss, et PNJ restent dans un design assez simple, les décors rattrapent largement cette simplicité tant ils sont travaillés avec une finition impeccable.

 

Des éléments en premier plan seront parfois présent pour une immersion encore plus forte.

 

Musiques – Un plaisir auditif sans fin

 

Est-ce qu’on vous a déjà parlé des musiques de Hollow Knight ? Elles sont divines. Sincèrement, composées par un seul monsieur du nom de Christopher Larkin, sachez que cet homme fait un travail absolument délicieux sur Hollow Knight. La plupart des musiques sont plutôt mélancoliques, collant parfaitement avec le thème général du jeu, certaines sont entraînantes, plus joyeuses, plus sereines. Les musiques de combat varient selon l’ennemi pour coller encore mieux au contexte. La plupart des musiques de zones comportent plusieurs variations selon votre situation (intérieur, extérieur, combat …). D’une façon générale les musiques d’Hollow Knight sont parfaites sur énormément de points : retranscrire l’émotion, l’ambiance, les sentiments, la tristesse, l’espoir … Rythmées ou posées, lentes ou rapides, calmes ou stressantes, elles sont d’une qualité rare et vaillent mille fois la peine d’être écoutées au moins une fois !

Le Sound Design n’en est pas sans reste, les bruitages sont minutieux et précis, on ressent très bien la sensation de couper des éléments avec notre aiguillon, le fait de marcher sur un sol instable, ou de lancer un sort puissant. Les ennemis possèdent des petits bruitages de voix selon leurs espèces, ou de “déplacements” et d’attaque (rebondir sur le sol, cracher des projectiles), chacune est unique et vous permet de distinguer l’ennemi sans même le voir une fois que vous connaîtrez bien le jeu. Coté voix, les PNJ en ont, ils parlent dans une langue imaginaire à l’instar de Midna dans Zelda Twilight Princess, ce qui leur donne un côté encore plus vrai et authentique tant chacun a une voix spécifique et unique.
 

Difficulté – C’est le Dark Souls des Metroidvania

 

Qu’on se le dise, Hollow Knight n’est pas si facile que ça. Si pas mal d’ennemis ne vous poseront pas plus de soucis que ça, c’est une autre affaire quand soudainement vous vous retrouvez enfermés dans une pièce et que plusieurs déboulent en même temps. La panique arrive, vous ne respectez plus les patterns, et là, c’est le drame ! Ou simplement les boss dont il faudra probablement mourir au moins une fois avant de maîtriser leur pattern et d’apporter les éléments les plus adaptés pour les vaincre. Il vous faudra souvent changer votre set de charme pour vous adaptez et tester des stratégies, apprendre les attaques, reconnaître les mouvements du boss pour anticiper son attaque ou son déplacement. Certains boss tapent très fort et ne vous laisse que peu de droit à l’erreur. Il faudra pas mal de “die and retry” pour certains (comprenez : mourir plusieurs fois et recommencer), heureusement si vous êtes patient et attentif vous pourrez arriver à bout de la plupart des boss. Si vous êtes friand de difficulté, la majorité des boss que vous affrontez auront une version “renforcée”, plus difficile, plus forte, avec plus d’énergie, accessible par un moyen que je tairais pour éviter le spoiler. Vous aurez également la possibilité de vous rendre dans un colisée où vous devrez combattre moult ennemis à la suite et en grand nombre, afin de collecter de précieux matériaux ou fragments. Les DLC (gratuits, une chose bien rare et extrêmement appréciable) comportent leur lot de boss et de quêtes également corsées. Notamment le DLC dédié à un mode boss rush qui ravira ceux avides de combats ardus. A titre d’exemple, le boss que je considère le plus difficile du jeu m’a pris trois heures d’essais non stop à battre.
Si on parle des boss et des ennemis, il ne faudra pas oublier l’exploration. L’environnement ne sera pas toujours tendre avec vous ! Epines, eau toxique, stalactites qui tombent du plafond … Se balader tranquillement dans Hallownest n’est jamais une mince affaire, votre dextérité et agilité aux joysticks sur certains endroits sera mise à rude épreuve. Un peu comme vos nerfs quand vous mourrez bêtement sur une simple branche de ronces que, pour une raison inconnue, vous ne parvenez pas à franchir car vous avez visiblement oublié comment on sautait convenablement (Comment ? Ca sent le vécu ? Si peu).
Dans tous les cas il vous faudra apprivoiser le jeu au début, bien comprendre ses mécaniques au niveau des ennemis et boss, ce qui vous est possible de faire ou non pendant votre temps de répits etc … S’il peut paraître difficile au début, plus vous vous familiariserez avec le jeu, mieux vous vous en sortirez.

 

hk-screenshot
Certains boss ne vous laisseront pas de répit !

 

Durée de vie – de 15h à +50h

 

Pour un jeu indépendant il n’a pas à rougir de sa durée de vie. Si vous rushez sans prendre le temps de tout explorer et de collecter un maximum de chose, vous pouvez le finir en une quinzaine d’heures. J’ai pris mon temps et exploré tout ce que je pouvais et je l’ai fini en 40h. Les DLC allongent évidemment la durée, notamment pour le mode boss rush. Et encore je n’ai pas fait tous les niveaux du colisée, le boss rush, ou certaines quêtes. Il y a donc largement de quoi faire pour le 100%. D’autant que je n’en ai pas encore parlé, mais Hollow Knight dispose de succès à débloquer, visibles dans le menu. Et laissez-moi vous dire qu’il y a de quoi faire là dedans. Et pas des succès un peu débiles comme “vaincre 100 araignées”, non, des succès intelligents qui marqueront les vraies réussites du joueur. Les plus fou ou courageux, au choix, auront des succès tel que Coeur d’Acier ou Achèvement Pur.

 

Originalité – Petit scarabée et grand chevalier

 

La plupart des critiques le considère comme un jeu qui encense le genre du Metroidvania, étant mon premier de ce genre je ne pourrais juger ce point, mais du côté de l’originalité, si le gameplay a pas mal de petites perles comme la combinaison de charmes, il reste assez classique. Là où toute l’originalité se situe est pour moi la direction artistique, et le lore. Faire un jeu basé sur le monde des insectes c’est osé, et réussi. En faire une histoire avec un background aussi sombre et développé, c’est tout simplement magnifique. Trouver des attaques pour chacune des petites bêtes du bestiaires, les rendre différentes selon l’environnement, imaginer des bestioles qui ont l’air tout droit sorti des enfers, et d’autres à qui on a envie de faire un câlin. L’imagination de la team Cherry pour toute la création de ce petit monde a été bien utilisée.

 

Les décors en arrières-plans sont toujours très travaillés

 

Qualité prix – N’hésitez pas, foncez.

 

15 € pour tout ce contenu ultra travaillé et soigné, ce n’est pas courant. Alors courez vous l’acheter sur l’eshop. Sachez que si vous êtes plutôt team physique le jeu dispose d’une version boîte actuellement à 24€ sur amazon.

 

Les défauts ?

 

Les défauts ? Quel défaut ? Ce jeu est parfait.
Non je plaisante,
Quelques défauts étant les suivants : à un moment donné on va se promener avec beaucoup trop d’argent sur soit, et perdre une telle somme définitivement serait une peine sans nom. Il y a bien une banque mais qui ne permet de stocker qu’un nombre limité et assez faible.
Les points voyages rapides d’un point A à un point B sont un peu trop faibles, j’aurais aimé en avoir plus ou débloquer le second moyen de transport plus tôt. Mais cela doit être dû à mon cheminement personnel.
La sensation parfois d’être perdue, mais c’est visiblement un peu le principe du Metroidvania de ce que j’ai compris et serait plus un défaut du genre en lui même, que du jeu.
Quelques petites notes dans le carnet du chevalier sur les combinaisons des charmes que l’on trouve n’aurait pas été de refus.

 

Il est évident que j’attends avec impatience sa suite, Hollow Knight Silksong.

 

Synthèse
Hk_header

Titre du jeu: Hollow Knight

Description du jeu: Sous la ville fantôme de Dirtmouth sommeille un ancien royaume en ruine. Nombreux sont ceux qui sont attirés par cet endroit en quête de richesses, de gloire ou pour élucider les mystères que recèle ce royaume. Mais quelque chose se réveille dans les ruines, une force puissante qui rend les bêtes folles et prive les voyageurs de leurs sens. Quelle est la source de ce nouveau fléau ? Quelle calamité est advenue dans ce qui fut autrefois un grand royaume ? Pour résoudre ces mystères, Le Chevalier voyagera dans les profondeurs, mais certains secrets devraient mieux rester enterrés…

90%
90 sur 100 1 note
  • Jouabilité - 90%
    90%
  • Scénario - 80%
    80%
  • Graphismes - 90%
    90%
  • Bande son - 100%
    100%
  • Difficulté - 90%
    90%
  • Durée de vie - 90%
    90%

Résumé

S’il y a bien un jeu indépendant qui se met à pied d’égalité avec les triples A, c’est Hollow Knight. Entre une durée de vie tout à fait honorable, un sound design superbe, des graphismes sublimes, un gameplay riche et varié, il n’a pas à rougir de son statut d’indépendant. Un Metroidvania qui est une bonne porte d’entrée au genre, avec une map immense et riche en environnement et en secret. La seule problématique pour certains sera sa difficulté qu’il faut savoir gérer et accepter. Le jeu est devenu si populaire qu’il s’offre le petit luxe de sortir en version physique pour les plus réticents aux achats dématérialisés. Alors n’hésitez plus, et foncez !

Envoi
Note des joueurs
92.43% (7 votes)

Les +

– Grande variété de gameplay
– Décors aux petits oignons
– Bestiaire varié
– Grande durée de vie pour un indépendant
– Bande son magnifique
– 4 DLC inclus gratuitement dans le jeu
– Excellent Metroidvania pour se familiariser avec le genre

Les -

– La difficulté pourra en rebuter plus d’un
– Scénario bon mais un peu obscur à comprendre

VOS COMMENTAIRES

2 Commentaires

    • Je confirme, il se place facilement dans le top 5 de mes jeux préférés toutes plateformes confondues. La justesse technique, la qualité du gameplay, les graphismes très soignés et fait main et la bande-son sont réellement des points forts ! Après, le jeu ne plaira pas à tout le monde. Le style metroidvania a de nombreux avantages mais également des points un peu plus complexes. Il ne faut pas avoir peur de se perdre XD

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.